Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Hoffmann considérait que la meilleure explication du déclenchement de la seconde guerre mondiale se trouvait dans Rhinocéros, la pièce d’Eugène Ionesco. Pour cet éminent universitaire américain, l’absurde de la pièce « saisit, mieux que n’importe quel ouvrage d’histoire ou de sciences sociales, toutes les absurdités et tragédies de cette longue descente aux enfers (1)  ». L’allégorie, qui porte sur la transformation de la population entière (à l’exception d’un seul homme) en rhinocéros, illustre en effet la dynamique d’un totalitarisme qui gagne jusqu’aux esprits les moins dociles.

Plus souvent, c’est dans le registre satirique que les artistes ont abordé les grands problèmes de leur temps. Dans Le Dictateur, qu’il a réalisé en 1940, Charlie Chaplin interprète deux rôles : celui du dictateur Adenoïd Hynkel, bien évidemment inspiré d’Adolf Hitler, et celui d’un pauvre barbier juif confronté aux persécutions. Dans les scènes les plus mémorables, le tragique se profile derrière le burlesque. Tout est dit lorsque le dictateur saisit une mappemonde, qu’il caresse affectueusement avant d’en faire un ballon (qui va bientôt se dégonfler) avec lequel il joue avec entrain, en imaginant être devenu « empereur du monde ». Ou lorsqu’il reçoit dans un salon de coiffure son collègue Benzino Napoleoni, sosie de Benito Mussolini, et que tous deux se préoccupent de la hauteur de leurs sièges respectifs.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :