Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

 
Dans Lettres d'intérieur, la chronique d'Augustin Trapenard sur France Inter, la grande écrivaine dénonce le déni du racisme à l'œuvre en France, parle des privilèges blancs et rend un sublime hommage à Assa Traoré qu'elle compare à Antigone. Un texte qu'il est urgent de lire.

C'est le texte du jour. Ses mots sont forts, justes, et résonnent comme un repère à ne pas perdre de vue. Ce jeudi 4 juin, sur France Inter, Augustin Trapenard a lu une lettre rédigée par l'écrivaine Virginie Despentes. Adressée à “ses amis blancs qui ne voient pas où est le problème”, cette missive dénonce le déni de l'existence du racisme en France, parle du privilège d'“être blanc”, et rend hommage à Assa Traoré. Le tout, avec une force de conviction toujours aussi profonde.

“En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre”, commence l'autrice de Vernon Subutex avant de souligner quelques-unes des nombreuses discriminations et inégalités dont sont victimes les personnes noires en France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :