Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Fabrice Pliskin. L’auteure du « Génie lesbien » dit ne « plus lire les livres des hommes ». Fabrice Pliskin a voulu l’imiter.

L’autre soir, je contemplais ma bibliothèque et je pensais aux mots d’Alice Coffin dans « Le Génie lesbien » : « Je ne lis plus les livres des hommes, je ne regarde plus leurs films, je n’écoute plus leurs musiques. J’essaie du moins. (...) Les productions des hommes sont le prolongement d’un système de domination. » Je suis peut-être influençable, mais je me suis dit qu’elle n’avait pas tort. Qui pourrait le nier ? Dans la caverne de la domination masculine, presque toujours les femmes sont confrontées à des oeuvres imaginées et légitimées par des hommes, à des fables qui les nient ou les invibilisent en tant que femmes.
Je parle de millions de femmes à qui on a inculqué la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir. Quand elle ne tue pas les corps, la domination masculine tue les consciences. Elle parle, écrit, décide à votre place, parfois à votre insu. « Pouvoir hypnotique de la domination », disait Virginia Woolf. Comment s’en préserver ? Comment combattre son emprise ? Question vitale pour celles qui la subissent de plein fouet, question urgente pour tous ceux qui l’exercent et en sont infestés.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :