Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Un changement dans les modalités d'invitation des « experts » sur certains plateaux de télé doit avoir lieu urgemment, pour faire cesser la diffusion de discours fallacieux, trompeurs et complotistes. C'est le devoir d'information qui est en jeu.

En pleine crise sanitaire liée au coronavirus, la notion de responsabilité au sein des médias prend tout son sens. Les informations que nous partageons, et la façon dont nous les présentons, ont un impact important. Un seul article ou reportage ne va pas changer la face de l’épidémie, mais lorsqu’une même information est reprise et répétée, cela génère une narration. C’est ainsi, par exemple, que des études scientifiques peuvent être mal comprises au début puis, à force d’être diffusées de manière tronquée, générer une idée reçue (c’est le cas pour la mutation du coronavirus, qui a été souvent mal présentée). Or, chaque idée reçue, chaque fausse information, chaque discours fallacieux représente un risque supplémentaire pour les vies humaines — et pour le personnel soignant, trop souvent gommé de l’équation — en trompant ou bien tout simplement ajoutant du flou à la situation.

Ce constat est également valable pour les personnes qui sont mises en avant ou non dans nos médias, et le récit qu’ils ou elles portent. En tant que médias, nous sommes autant responsables des informations que nous présentons que des personnes dont nous choisissons ou non de porter le discours. En pleine crise sanitaire inédite, il relève d’un devoir journalistique de ne pas laisser se répandre des discours antiscientifiques (ou a minima de leur apporter une contradiction immédiate et efficace).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :