Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Contribution. La question du Forum philo, cette année, c’est tout simplement : « Etre humain ? » Autrement dit, elle porte sur « ce que nous sommes », chacun pour son compte et tous ensemble : les uns pour les autres, les uns avec les autres. Derrière ces formules banales, chacun sait que se cache un problème : qui est ce « nous », que voulons-nous dire quand nous disons « nous », et au nom de qui ou de quoi parlons-nous ? Viennent alors à l’esprit des notions comme celle d’humanité, de genre humain, celle de population, celle d’espèce, selon le point de vue où l’on se place pour collectiviser ceux que nous percevons comme semblables.

Parmi toutes ces notions, je vais privilégier celle d’espèce, qui me semble cristalliser aujourd’hui des interrogations fondamentales. Je voudrais réfléchir sur son sens, ses usages, sa « généalogie » : car c’est ici précisément qu’un philosophe, en ayant recours à tous les savoirs disponibles, peut essayer d’instruire un problème. Elle est d’actualité, dans la mesure où la pandémie de Covid-19, dont nous faisons l’expérience difficile, sans fin prévisible, lui confère une fonction stratégique, au croisement de la biologie, de la médecine et de l’anthropologie. Elle rassemble des questions qui sont aussi vieilles que la métaphysique et l’histoire naturelle en Occident, portant sur ce qui singularise (ou non) l’humanité en tant qu’espèce vivante, et sur ce que nous entendons par « espèce ». Quel genre d’unité, quelle marge de variation, quelles perspectives d’évolution ou de transformation désigne-t-elle ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :