Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

L’attentat commis par les frères Kouachi, le 7 janvier 2015, contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo et, plus récemment, l’assassinat d’un professeur d’histoire-géographie, Samuel Paty, le 16 octobre 2020, par un jeune tchétchène résidant en France, ont été revendiqués par leurs auteurs comme une volonté de venger l’honneur du prophète Mohamed, considéré comme le dernier des prophètes et « le Sceau de la prophétie » en islam.

C’est cette même figure qui est aussi défendue avec véhémence, voire violence par des militants et citoyens de différents pays des mondes musulmans aujourd’hui, critiquant la position de la France à l’égard des caricatures.

Dans les deux cas, les motivations des terroristes interrogent les observateurs profanes – comme les chercheurs en sciences sociales – sur la dimension prophétique de la socialisation religieuse des jeunes musulmans français. Est-ce vraiment au nom du prophète Mohamed que certains revendiquent leurs tueries aujourd’hui ? S’agit-il d’un facteur significatif du passage à l’acte terroriste ?

https://theconversation.com/la-violence-terroriste-au-nom-du-prophete-ce-que-les-jeunes-francais-musulmans-en-pensent-vraiment-149105?utm_medium=email&utm_campaign=La lettre de The Conversation France du 30 octobre 2020 - 1771917184&utm_content=La lettre de The Conversation France du 30 octobre 2020 - 1771917184+CID_673d607f5471875321a1d21d2391519e&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=enqute indite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :