Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Anne Crignon. La philosophe est devenue gilet jaune en décembre 2018, sans oser en faire l’aveu dans un premier temps. C’est qu’il y a beaucoup de coups à prendre, comme elle le raconte dans « Du cap aux grèves ».

Jusqu’à l’irruption des gilets jaunes dans le paysage politique, écrire des livres ne prédisposait en rien Barbara Stiegler à se mobiliser. Cela l’aurait même plutôt conduit à se « séparer du reste du monde », comme on le peut lire dans son nouvel essai, « Du cap aux grèves », publié sous la couverture jaune des éditions Verdier. La philosophe gardait le bureau comme d’autres la chambre, non pas qu’elle fut indifférente aux douleurs du monde, bien au contraire, puisque l’actualité sociale lui était « une source inépuisable de circulations affectives » et lui donnait de l’ardeur et du cœur à l’ouvrage. Mais les choses étaient ainsi : il y avait d’un côté les travailleurs intellectuels qui font les livres ; de l’autre ceux qui mettent les mains dans le cambouis des luttes. Et puis un jour, tout a changé. Ce nouveau livre raconte la métamorphose de la penseuse en citoyenne électrisée, courant dans les rues de Bordeaux et les effluves toxiques pour échapper à la vindicte princière.

Cette affaire bien peu ordinaire démarre en janvier 2019. Barbara Stiegler s’apprête alors à publier chez Gallimard un essai intitulé « ‘Il faut s’adapter’. Sur un nouvel impératif politique ». Il se trouve que ces 336 pages sur la récupération de Darwin à des fins d’assagissement des populations entrent en librairie alors que les gilets jaunes occupent le terrain social et politique, et toutes les conversations, depuis onze semaines. Les protestataires ont déjà dépassé le premier stade de la contestation, c’est-à-dire la fronde anti taxes. Dessillée à l’école de la rue, une foule qui se croit apolitique questionne l’économie derrière les contours encore flous, pour la plupart d’entre eux, du « néolibéralisme ». Quoi qu’il en soit, le refus de « s’adapter » à un monde de plus en plus féroce avec le « petit » personnel est bien là.

 

Du cap aux grèves. Récit d’une mobilisation. 17 novembre 2018 17 mars 2020, par Barbara Stiegler, Verdier, 135 p, 7 euros.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article