Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Retrouver le commissaire Ricciardi est toujours un enchantement. Toujours. Enchantement toutefois fortement teinté de mélancolie dans cette nouvelle enquête, comme dans les précédentes, du célèbre policier napolitain et de son adjoint, le brigadier Maione. Le terme exact serait d’ailleurs le mot portugais saudade, un mélange confus de mélancolie, nostalgie et espoir.

Pour l’heure, Ricciardi se trouve pris par une affaire à traiter avec une extrême délicatesse, et une encore plus grande discrétion. Non parce qu’elle touche un membre de la noblesse et un grand bourgeois très catholique, mais parce qu’elle est considérée comme résolue par la hiérarchie policière ; et que le pouvoir fasciste, qui s’est fait fort de faire régner l’ordre dans les rues de la péninsule, ne peut se permettre de voir les conclusions de sa police mises en doute. Un coupable, arrêté, qui serait innocent, une affaire de meurtre, classée, rouverte sur un témoignage sujet à caution, non, décidément, les racailles au pouvoir ne sauraient le tolérer. Ricciardi et Maione risquent tous deux leur carrière si leurs investigations parvenaient aux oreilles de leurs supérieurs ou d’un des suppôts du pouvoir mussolinnien...

 

Des phalènes  pour le commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni. Éditions Payot & Rivages - collection Rivages Noir - 394 p. octobre 2020. Traduit de l’italien par Odile Michaut. Broché 22€. Numérique 16,99.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article