Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

En trois ouvrages, chacun selon un axe différent, la notion d’identité se trouve établie, critiquée et enfin détournée de l’intérieur par un jeu de résistance qui la désarticule.

La plupart d'entre nous a sa carte d'identité dans sa poche. Comme chacun sait, elle est valable dix années pendant lesquelles nous ne cessons de changer, si bien que Jean-Claude Kaufmann fait remarquer avec justesse qu'il vaudrait mieux l'appeler une carte d'identification. Du reste, c'est une carte nationale d'identité ; elle renvoie à fort peu de choses de nous-mêmes.

Quant aux photographies, censées plus saisissantes et plus vraies, que nous regardons avec nostalgie plusieurs années après qu'elles aient été tirées, elles nous réduisent à cette expérience commune détaillée par Roland Barthes, qui consiste à pointer les différences entre nos portraits et le sentiment de soi au moment de les contempler.

Comment savoir qui est tel ou tel individu ? « Qui est Paul ? » Faut-il le chercher parmi les autres et leurs différences ? Faut-il repérer les qualités qui le distinguent ? Et qu'en est-il d'une identité culturelle ? d'une identité communautaire ? Qu'en est-il de l'identité d'une nation ?

Il arrive que des soucis semblables traversent plusieurs livres sans pour autant être formulés de la même manière ni conduire aux mêmes conséquences. Pour le lecteur sensible aux traits spirituels de son époque, c'est une belle observation que celle du déploiement d'une même question dans des formes variées. Voici, parmi d'autres, trois ouvrages récents qui favorisent une attention renouvelée à la question de l’identité, du rapport à soi et à l’écriture. Ces trois volumes sont les Actes du 31ème Forum Le Monde/Le Mans (2019), un ouvrage portant sur le travail du philosophe Michel Foucault, et un Dictionnaire encyclopédique de l’Identité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article