Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Serge Per­raud. C’est le 9 août 1919, dans la revue popu­laire All-Story Weekly qu’un récit titré Le Fléau de Capis­trano met en scène un jus­ti­cier : “…vêtu d’un som­brero enfoncé bas sur la tête, d’une longue cape et d’un masque noir qui dis­si­mu­lait ses traits…”. Le feuille­ton de l’américain Johns­ton Mc Culley, raconte les exploits d’un cer­tain Zorro dans la Cali­for­nie du sud en 1800 sous l’occupation espa­gnole. C’est un suc­cès. Le roman­cier pour­suit les aven­tures et ces textes sont réédi­tés en grand for­mat dès 1924. Puis, Dis­ney…
Mc Culley s’est ins­piré d’un Mexi­cain, mi-patriote, mi-bandit de grand che­min, dans la Cali­for­nie du XIXe siècle, à l’époque de la ruée vers l’or. Joa­quin Murieta défen­dait les mineurs amé­rin­diens contre les grin­gos. Le prix Nobel chi­lien de lit­té­ra­ture, Pablo Neruda, prix Nobel de lit­té­ra­ture, lui a consa­cré une pièce de théâtre.
Pierre Alary s’empare à son tour de ce héros popu­laire et com­met un pre­quel, reve­nant aux ori­gines du Zorro connu de presque la tota­lité de la Terre.

 

Pierre Alary (scé­na­rio, des­sin, cou­leurs), Don Vega, Dar­gaud, octobre 2020, 96 p. – 16,50 €. lire un extrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article