Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Nicolas Weill. « Schluss ? », superbe dernier roman de l’écrivain allemand, mort en 2007, décrit la ruine de l’aristocratie prussienne à la fin de la seconde guerre mondiale. Tragique.

Il y a peu d’œuvres qui épousent autant le destin de l’Allemagne au XXe siècle que celle de Walter Kempowski (1929-2007), très populaire dans son pays, mais quasi inconnu en France. Schluss ?, son dernier roman, paru en 2006, se présente, à l’instar de presque tous ses autres écrits, comme la chronique par excellence d’un basculement tragique, à la toute fin de la seconde guerre mondiale, d’un univers à l’autre, du IIIe Reich à un paysage de ruines. Il raconte à sa manière l’exode de millions d’Allemands en direction de l’Ouest, chassés par l’avancée des Russes. Ce drame, qui a marqué et marque encore l’Allemagne, ne suscite guère de compassion ailleurs, tant les atrocités nazies en oblitèrent la mémoire. Avec tact, ce récit de la famille von Globig, dispersée et jetée sur les routes tandis qu’agonise la vieille Prusse, évite d’ailleurs de créer une empathie suspecte, susceptible de contrebalancer l’horreur de l’ère nazie. On peut à cet égard s’étonner du choix pour la version française d’un titre en allemand, Schluss ? (« conclusion ? »), substituant une interrogative à un titre original, Alles umsonst (« tout cela pour rien »), bien plus parlant et plus résolu.

« Schluss ? » (Alles umsonst), de Walter Kempowski, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Globe, 364 p., 23 €, numérique 17 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article