Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Frédéric Martel. À 91 ans, Hélène Carrère d’Encausse dirige d’une main de fer l’Académie française. Elle a imposé "la" Covid sans consulter les Académiciens. La fronde gronde dans la vénérable institution où plusieurs voix s’élèvent pour réclamer des changements radicaux. Enquête sur une institution confinée.

« Immortel et Perpétuel », me dit-elle – au masculin. À 91 ans, « le » Secrétaire perpétuel de l’Académie française, Hélène Carrère d’Encausse, se porte comme un cœur. Lorsque je la rencontre, le 20 octobre, dans son appartement majestueux du quai de Conti, je m’attends à trouver « Notre dame supérieure », « la tsarine », « la douairière qui hume son Lapsang Souchong », la « duchesse acariâtre et réactionnaire », « Michèle Strogoffe » ou la « vieille rombière » caricaturée par tant d’écrivains, de nombreux journalistes et jusqu’à des Académiciens ! Dynamique, sympathique, tirée à quatre épingles, séduisante aussi, Hélène Carrère d’Encausse ne colle pas au portrait mesquin qu’on fait souvent d’elle. Elle a du chien. Je suis immédiatement sous le charme de la légende. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :