Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Antoine Perraud. Le marathon commémoratif de la Première Guerre mondiale se conclut ce 11 novembre avec la panthéonisation de Maurice Genevoix. Retour sur la fièvre mémorielle dont fait montre ce pouvoir, qui vampirise le passé faute de futur.

 

Commémorer, c’est distordre. À son seul profit politique, sous couvert de rendre hommage à autrui sur fond d’unanimisme obligatoire. Il ne s’agit rien de moins que d’une super prédation ritualisée en haut lieu. Mediapart n’a cessé d’étayer un tel point de vue, hétérodoxe, depuis le lancement, par François Hollande en novembre 2013, du tralala commémoratif de 14-18.

La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale a été dissoute en 2019, son directeur général, Joseph Zimet, est alors devenu, le temps d’une petite année, chargé de la communication du président de la République française ; avant que d’être nommé, en septembre 2020, préfet de la Haute-Marne – il pourra donc continuer de mêler histoire, remembrance et politique en veillant sur Colombey-les-Deux-Églises, cœur mémoriel du département.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :