Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Pierrette Epsztein. Dans un entretien de Marc-Alain Ouaknin avec Michel Gad Wolkowicz dans l’émission Talmudiques du 6 septembre 2020, celui-ci énonce le propos suivant : « Cette époque, plus qu’aucune autre, en dehors des guerres et des attentats, nous place collectivement devant la question de la maladie et de la bonne santé, du soin et de la guérison, et de manière essentielle devant les questions des relations sociales, de nos choix d’existence, de la proximité et de la distance, de l’amitié précisément, de l’attention particulière aux autres, de la responsabilité de nos gestes, de nos choix éthiques et de façon radicale devant la question de la vie et de la mort ». Ces paroles nous semblent bien correspondre à l’état d’esprit du nouvel ouvrage de Claude Askolovitch.

Malgré quelques revers, l’auteur réussit une belle carrière dans le journalisme, métier qu’il a toujours rêvé d’exercer. Il a été l’objet de polémiques au sujet de certaines de ses publications. Il est longtemps resté dans les coulisses. Qu’est-ce qui l’a engagé pour la première fois à ouvrir le rideau de son théâtre et à franchir ce passage sur le devant de la scène ? L’élément déclencheur a été une rencontre imprévisible avec une femme beaucoup plus jeune que lui. Elle surgit peu de temps après le décès brutal et inattendu de son épouse. Cette imbrication entre le passé et le présent va totalement le déboussoler.

Dans la douleur du deuil, il avait déjà rédigé des fragments de souvenirs sur des bouts de papier dispersés. Des années plus tard, dans l’urgence, il décide de s’engager dans la rédaction d’un livre qui le délivrera peut-être de cette hantise où il risque de s’enliser dans cette confusion des temps où il perd tous ses repères.

À son ombre, Claude Askolovitch, Grasset, octobre 2020, 320 pages, 20,90 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article