Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Nicolas Gary. L’initiative d’Anne Hidalgo, maire de Paris, pour faire rouvrir certains commerces non alimentaires vient d’être clouée au sol. Annonçant qu’elle mobilisait les forces pour que, notamment, les librairies reprennent leur activité, elle a été sanctionnée par l’intervention du Premier ministre. Jean Castex met un terme à la discussion : aucun changement pour l’heure à la ligne posée par le gouvernement.

Dans son entretien au JDD, la maire de Paris ne cachait pas son désarroi : « Avec d’autres villes, nous allons prendre une initiative commune, comme l’a fait Dijon, pour autoriser la réouverture des librairies indépendantes. » Un projet louable, qui devra, a minima, attendre 15 jours : le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire avait déjà annoncé que le cas des librairies serait réexaminé lors du prochain point d’étape.
D’ici deux semaines, « nous regarderons où nous en sommes pour tous les commerces, pas uniquement les libraires, et nous verrons s’il est possible d’adapter les dispositifs », 
indiquait le ministre.
Pour la maire de Paris, c’est cette perspective qui est visée, attendu qu’il « n’y a pas eu beaucoup de dialogue avec le gouvernement avant ces mesures. Nous les avons apprises par la presse. […] Je m’inquiète de l’anxiété qui gagne nos concitoyens et notamment les plus jeunes, accrue encore par la crise économique, et de la santé mentale qui se détériore ».

Lors de son passage sur TF1, Jean Castex a, de toute manière, mis un terme aux négociations. « Nous ne reviendrons pas sur les mesures annoncées, c’est beaucoup trop tôt », assure-t-il, tout en promettant un point dans quinze jours. Mais par souci d’équité, il présente également un lot de mesures pour les grandes surfaces qui fermeront les rayons de produits non essentiels.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article