Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

En 1959, un illustre inconnu du nom de Daniel Keyes publie sa première nouvelle : Des fleurs pour Algernon. Professeur d’anglais et de littérature américaine mais également diplômé en psychologie, l’écrivain n’a certainement aucune idée à l’époque de marquer durablement le milieu de la science-fiction et, plus généralement, de la littérature contemporaine. 
Des fleurs pour Algernon remporte le prix Hugo l’année suivante et deviendra par la suite un roman qui vaudra à Daniel Keyes le prix Nebula en 1966.
Considéré comme un chef d’oeuvre de la science-fiction et un classique de la littérature américaine, Des fleurs pour Algernon est adapté à plusieurs reprises en films et téléfilms notamment en 1968 par Ralph Nelson sous le titre de Charly. Roman d’une humanité foudroyante, Des fleurs pour Algernon fut certainement l’oeuvre la plus connue de son auteur. Il était temps d’en dire davantage à son sujet.

Sous la forme d’un journal intime, et prenant le prétexte de simili-comptes rendus, Charlie Gordon explique avec ses mots la transformation qu’il est en train de subir. Charlie n’est pas un homme comme les autres, c’est un être exceptionnelcomme il aime à le dire lui-même. Atteint de Phénylcétonurie, il souffre d’une déficience mentale sévère qui en fait ce que la société appelle communément un attardé. Pourtant, Charlie refuse d’abandonner. Charlie veut se battre et devenir intelligent. Il accepte alors (avec l’autorisation signée de sa sœur) de subir une intervention chirurgicale révolutionnaire du Pr Nemur et du Dr Strauss. Son but est simple : augmenter l’intelligence de Charlie et en faire un homme normal, voir même peut-être un génie. Pour suivre son évolution, les deux scientifiques lui demandent donc de rédiger des comptes-rendus pour attester de ses progrès.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article