Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Philippe Leuckx. Le texte inédit de l’auteur du célèbre Walden, préfacé par un expert de son œuvre, qui a presque tout édité, History of Myself, « tout sauf un brouillon de Walden » selon Gillybœuf, nous plonge dans les années 1845-1847, quand Thoreau, la trentaine sonnant, poète, philosophe, pense, dès l’automne 1844, s’installer dans une cabane au fin fond des bois de Walden Pond. Vertu de ce genre d’ouvrage où la nature et l’homme recueillent de conserve des dons d’émerveillement, distiller au lecteur une dose suffisante d’éveil lucide sur soi et le monde.

Le texte propose tout à la fois un essai sur les valeurs nouvelles promises par le poète et décrites au plus près de la réalité entreprise, un témoignage de premier ordre sur l’analyse des rapports de soi au monde, aux autres, à la culture au sens le plus fondateur, celui qui aime « cultiver l’instant présent » avec son âme de « reporter » du réel, relate son ordinaire – leçon de nature et de solitude éprouvée, volontaire, à l’abri des assauts du monde extérieur, de son  village, Concord.

Produire ses légumes, travailler, compter par le menu les moindres frais d’une installation au bout des bois : l’entreprise de Thoreau tient du livre de comptes, du journalier, du récit de vie, à vertu édificatrice voire édifiante, du tableau de société : imaginez un peu, vous êtes avec ces lignes revenu au milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire dans un lointain pour beaucoup inimaginable. Quoique… on y pense rails et chemin de fer ; on y cause liberté et droits ; on y développe une sorte d’économie autarcique, élémentaire, au plus proche des éléments – terre, vent, espace, bois.

 

Histoire de moi-même, trad. américain Thierry Gillybœuf, 216 pages, 18 €

Ecrivain(s): Henry David Thoreau Edition: Le Passeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article