Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Antoine Idier. Dans La Bascule du souffle d’Herta Müller, Léopold, jeune homme roumain de 17 ans, déporté en 1945 car appartenant à la minorité germanophone, raconte son usage en camp des livres qu’il avait pris de soin de mettre dans sa petite valise avant d’être emmené par la police : « Moyennant cinquante pages de papier à cigarettes arraché à mon Zarathoustra, j’avais une mesure de sel, et même une de sucre si je donnais soixante-dix pages. Contre tout mon Faust relié pleine toile, Peter Schiel m’avait fabriqué un peigne à poux en fer-blanc. Quant à l’anthologie Huit siècles de poésie, je l’ai dévorée sous forme de polenta ou de saindoux, et le mince recueil de Weinheber, je l’ai transformé en millet. »

Geoffroy de Lagasnerie, L’art impossible, PUF, coll. « Des mots », octobre 2020, 96 p., 8 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article