Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Anne-Flore Hervé. Après soixante-dix ans dans un coffre-fort, le témoignage de Renia, juive polonaise, est traduit en français. Elizabeth Bellak se souvient de sa sœur, assassinée en 1942 par la Gestapo.

« J’ai fini de lire le journal de Renia, il y a juste un mois. » Sur l’écran, le visage maquillé d’Elizabeth Bellak rayonne. Elle sourit mais son regard s’assombrit furtivement. « Jusqu’alors, à chaque fois que je l’ouvrais, je pleurais. »

Dans son appartement new-yorkais, on aperçoit le portrait en noir et blanc de sa sœur derrière elle. La dame de presque 90 ans a survécu à la Shoah. Renia n’a pas eu cette chance. Elle a été tuée par la Gestapo le 30 juillet 1942 dans le ghetto de Przemysl, en Pologne. Elle venait d’avoir 18 ans.

Renia Spiegel. Son nom aurait pu rester enfoui dans la liste interminable des victimes. Aujourd’hui, il est sur le devant de la scène grâce à la publication de son journal intime, qui a passé soixante-dix ans dans un coffre-fort : 700 pages en polonais, traduites en anglais et publiées en 2019 au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Depuis le 8 octobre, deux éditions sont disponibles en français. Avec Le Journal de Renia, Elizabeth ose désormais raconter son passé tragique et partager les souvenirs de sa sœur.

© Les Escales, Slalom / DR Renia Spiegel à 12 ans, quelques années avant qu’elle soit assassinée par les nazis, en 1942.

Le Journal de Renia, publication au rayon adulte (Escales, 384 pages, 21,90 €) et ado avec une postface et des repères historiques (Slalom, 525 pages, 16,95 €).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article