Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Macha Séry. Le romancier écossais est mort en 2018. Il aura écrit quatorze aventures de son héros, un policier allemand avant, pendant et après le IIIe Reich. Dont « Metropolis », roman posthume qui narre les débuts de l’enquêteur et conclut ce remarquable exercice d’ambivalence.

Malgré la maladie qui allait l’emporter, malgré les doutes sur le temps qu’il lui restait, l’écrivain britannique Philip Kerr (1956-2018) est parvenu à achever Metropolis et, avec ce 14e épisode publié à titre posthume, à couronner sa saga dévolue à Bernie Gunther, nom de son détective né d’une épineuse question : qu’aurait écrit Raymond Chandler si Philip Marlowe s’était rendu à Berlin sous le régime nazi ?

Cet ultime récit, où la fiction s’insère subtilement dans l’Histoire, est aussi le premier dans l’ordre chronologique d’un cycle romanesque qui s’est déployé par ajouts successifs et zigzags temporels. Le compte étant clos, celui-ci couvre trois décennies, de 1928 à 1957, du recrutement de Gunther par la Kripo, la police criminelle allemande, à une proposition de collaboration faite par le Mossad au sujet d’Hans Globke (1898-1973), juriste du IIIe Reich devenu chef de cabinet du chancelier Konrad Adenauer. Soit de ­l’ascension d’Hitler sous la République de Weimar à la réhabilitation d’anciens nazis par la République fédérale. Désormais, le feuilleton peut se lire en suivant le fil historique (les tomes 14-1-2-12-8-9-10-3-4-5-6-7-11-13).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article