Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

« Une brune ! » « Une rousse ! » « Un noir ! » « Un sauvignon pas trop frais ! » En cette période de confinement, où les bars et restaurants sont fermés, vous êtes au bistrot avec Gourio.

« Un muscadet ! » « Un galopin ! » « Un limé ! » Ça y va, les commandes. « Un serré ! » « Un JB ! » « Une 16 ! » Il y a du stock, il y en a pour tous les goûts.

« Un kir pêche de vigne ! » « Un alsace avec un croissant ! » « Un vichy fraise ! » « Un rouge ! » D’habitude, Gourio note ce qui se dit. Là, il note aussi ce qui se commande. Il rapporte le bruit de fond du comptoir. Dans un des volumes de ses « Brèves de comptoir » rassemblés pour ce Tome III, il ne se contente plus des dizaines de milliers de pensées toutes chaudes qu’il a su recueillir, imaginer, reconstituer, reproduire, il étend son reportage en pays de France jusqu’aux carburants qui font marcher la machine.

Considérable enrichissement. Brèves de comptoir, il fallait le trouver. Cette expression qu’il a inventée est passée dans le langage courant. « Un Orangina trois pailles ! » « Une mauresque ! » « Un panaché ! » Quand il s’agit de boire quelque chose, le langage courant a de la ressource. « Une Avèze ! » « Une Suze ! » « Un Viandox ! »

Jean-Marie Gourio. Brèves de comptoir Tome III. Bouquins Robert Laffont. 25,50 € 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article