Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Philippe Artières. La parole est aux accusés, réalisé à partir d’archives de deux centres d’observation de la jeunesse, constitue l’album collectif des jeunes Français des années 1950 en rupture avec leurs familles et donc privés d’archives personnelles, celles conservées par les familles dans des cahiers et des boites, soigneusement rangés dans les armoires des appartements. Le livre de Véronique Blanchard et Mathias Gardet est donc tout à la fois un ouvrage d’histoire et un objet de réparation.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 2 février 1945, est prise par le pouvoir la fameuse ordonnance sur l’enfance délinquante. Il s’agit alors de rompre avec une logique répressive et de donner la primauté à l’éducation. Désormais, comme Véronique Blanchard et Mathias Gardet l’ont montré dans de précédents travaux, les mineurs ayant commis un délit font l’objet d’un traitement spécifique : les jeunes comparaissent devant une nouvelle instance, le juge pour enfants, qui prend moins en compte la nature des infractions que la « personnalité » de leurs auteurs.


Véronique Blanchard et Mathias Gardet, La parole est aux accusés. Histoire d’une jeunesse sous surveillance, 1950-1960. Textuel, 192 p., 170 documents, 35 €
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article