Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Dix ans après l’immolation de Mohamed Bouazizi en Tunisie, l’ouvrage collectif L’Esprit de la révolte. Archives et actualité des révolutions arabes suit les traces, connues ou inconnues, des soulèvements de 2011 et de ce qu’il en reste. Entretien avec l’historienne Leyla Dakhli. 🔸 Par Joseph Confavreux

Des visages, des figures, des moments, des objets, des slogans… C’est tout cela qui compose l’ouvrage dirigé par l’historienne Leyla Dakhli, L’Esprit de la révolte. Archives et actualité des révolutions arabes, publié par les éditions du Seuil.

Fruit d’un travail collectif et de collecte, ce livre propose différentes entrées, consacrées aussi bien aux « chaussures » lancées au visage du pouvoir, aux « tireurs isolés », à « l’enfance révoltée » qu’au « zenga zenga », un terme qui signifie littéralement « ruelle par ruelle » et fut détourné après son emploi dans un discours fébrile de Kadhafi en février 2011.

Aux côtés de passages obligés sur la « chute du dictateur », le fait d’« occuper des places » ou les « chants révolutionnaires », l’ouvrage fait la part belle à des éléments moins connus ou rarement étudiés de façon concrète.

 

L'Esprit de la révolte. Archives et actualité des révolutions arabes, de Leyla Dakhli  (Auteur), Collectif (Auteur). Le Seuil (8 octobre 2020). 320 pages. 24,00 € 
  •  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article