Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Installé dans la capitale française depuis 30 ans, le songwriter new-yorkais Elliot Murphy vient de sortir son autobiographie. Nous l'avons interviewé à cette occasion.🔸Par Jean-François Convert, France Télévisions

"Le nouveau Dylan", c’est ainsi qu’il a été étiqueté par les critiques rock à la sortie de son premier album Aquashow en 1973. Avec une plume aiguisée, à l’érudition littéraire évidente, une voix proche du grand Zim, et des orchestrations dans la veine springsteenienne, Elliott Murphy a traversé les seventies avec panache et quatre superbes albums folk-rock. Avec le Boss et Lou Reed, ils formaient sans doute le trio des meilleurs songwriters new-yorkais. Mais au lieu d’embrasser le succès de rock star comme les deux autres, il a mené une autre carrière, le destin en ayant décidé autrement.

En traversant l’Atlantique, il a rencontré son public en Europe, qui le suit toujours fidèlement aujourd'hui, depuis un concert resté célèbre, en 1979 au Palace à Paris. Cette ville où il s’est définitivement installé en 1989, elle l’a accueilli à bras ouverts et lui a reconnu son talent en le nommant Chevalier des Arts et des Lettres. Car en plus d’avoir enregistré pas moins de 35 albums, Elliot Murphy a également publié des romans, ou écrit dans la presse. Cet admirateur de Fitzgerald avait d’ailleurs débuté sa carrière d’écrivain en rédigeant les notes de pochette du disque mythique 1969 : The Velvet Underground Live. On a fait pire comme référence.

Alors, Elliott Murphy, chanteur, compositeur, musicien poète, écrivain ? Pour en savoir un peu plus, celui qui vient de publier ses mémoires, Just A Story From America, a répondu à nos questions.

 

Elliott Murphy – Just A Story from America. Editions du Layeur, sortie en France le 5 novembre 2020. 24 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article