Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

L’idée : Le journaliste Ruedi Suter retrace avec brio, la vie et toute la complexité de Bruno Manser, ancien berger suisse devenu activiste écolo, disparu en 2000 dans la jungle de Bornéo, menacée par la déforestation.  Par Emmanuel Lemieux

Bruno Manser était-il un héros de l’écologie, se battant contre les ravages de la déforestation, ou un enfoiré hyper-individualiste du XXe siècle, pratiquant le tourisme primitif ? C’est tout l’attrait fascinant de la biographie travaillée avec brio par le journaliste Ruedi Suter. Les faux semblants, les mirages visuels, les inattendus contrarient les certitudes aussi surement que la terre boueuse de la jungle de Bornéo aspire les hommes qui y vivent. Le magazine français Actuel le repéra dès avril 1990, avec son reportage fleuve, et titré très pop culture, « Traque à Bornéo, l’aventure magnifique de Bruno Manser ». Dans l’article, ce Suisse d’une trentaine d’années, petits lunettes rondes à la John Lennon, pagne et sarbacane, expliquait qu’il avait choisi en 1984, cette destination parce qu’il avait trouvé très peu d’informations sur le petit peuple Penan, « des nomades errant dans la forêt » et que ça l’avait « intrigué ». Tout Manser semble être concentré dans ce dernier terme.

ÉCOLOGIE. Bruno Manser, la voix de la forêt, Ruedi Suter trad. de l’allemand par Marie Boudoussier, Black Star, 552 p., 16 €. Paru octobre 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article