Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Lise Wajeman Près de mille pages pour cent personnages : avec O, Miki Liukkonen, jeune auteur finlandais, a écrit un roman somme, un chef-d’œuvre où l’angoisse du vide est saturée par beaucoup de plein.

 

O a tout pour faire fuir. Cet énorme pavé (962 pages – le manuscrit en faisait 400 de plus à l’origine !) est orné d’un titre obscur, voire inquiétant ; qu’est-ce que cette unique lettre, en forme de cercle, peut bien nous promettre : des divagations abstraites, une œuvre d’art totale qui se boucle sur elle-même ? Le sous-titre annonce un « traité universel sur le pourquoi des choses »… Sans compter que le roman est traduit du finnois (cinq millions de locuteurs à tout casser, une des rares langues non indo-européennes de notre continent, agglutinante, quinze déclinaisons…), et qu’en plus, il s’offre le luxe de faire des notes de bas de page – voire pire : des notes dans les notes. Bref : un cas limite qu’on pourrait être tenté d’ignorer. Même son auteur, Miki Liukkonen, a déclaré, sarcastique, qu’O a probablement été le moins lu des livres les plus vendus en Finlande.

Mais ne laissez pas votre poignet alourdi reposer le volume sur sa pile : vous passeriez à côté d’un chef-d’œuvre. Si Miki Liukkonen était un écrivain américain – en tout cas anglophone –, il ferait depuis longtemps l’objet d’un culte célébré par des groupies transi·e·s : ce beau jeune homme décavé au teint gris et aux yeux tendres a d’abord écrit de la poésie – ce qui lui a valu quelques distinctions – avant d’en venir au roman, et au rock : un premier récit, Lapset auringon alla (« Les Énfants sous le soleil », non traduit) paraît en 2013 ; tout en menant une carrière de guitariste et de compositeur au sein du groupe The Scenes, Liukkonen travaille pendant quatre ans à O, qui paraît en 2017, alors qu’il n’a que vingt-huit ans. Le livre est aussitôt salué par la presse, qui l’érige au rang de fierté nationale. Il est sélectionné sur les listes des plus prestigieux prix finlandais ; il n’en obtiendra aucun. L’écrivain se lance dans quelques addictions et publie un troisième roman, Hiljaisuuden mestari (« Maître du silence », non traduit) en 2019.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article