Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Dans leur essai, Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel proposent des voies de sortie optimistes de la crise due au Covid-19, ou comment mieux maîtriser le capitalisme pour en exclure les excès. 🔸Par Margherita Nasi 🔸

Le livre. La pandémie de Covid-19 aura eu le mérite de révéler avec éclat les faiblesses du capitalisme. En Chine, elle a montré les limites d’un capitalisme sans liberté d’expression. Aux Etats-Unis, elle a mis à nu le drame de tous ces individus qui ne sont pas assurés contre une perte d’emploi et contre la maladie.

En France, elle a montré « la vulnérabilité d’une économie qui est allée trop loin dans la délocalisation de ses chaînes de valeur, y compris dans les secteurs stratégiques comme la santé ; elle a également fait apparaître les limites d’un Etat trop centralisé, trop bureaucratique, et qui ne faisait pas assez confiance à la société civile et à aux territoires », analysent Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel dans l’ouvrage Le Pouvoir de la destruction créatrice.

 

« Le pouvoir de la destruction créatrice », de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel, aux éditions Odile Jacob, 448 pages, 24,90 euros.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article