Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Fabrice Rousselot 🔸 D’un scandale à l’autre, le monde du livre, comme celui du cinéma, se voit contraint de faire face à l’examen sans complaisance des aspects plus sombres de sa culture : son indulgence pour les turpitudes les plus flagrantes, mais aussi le sexisme et les autres formes de discrimination qui la traversent.

Cet examen est d’autant plus salutaire que les livres, comme les films, influencent profondément nos manières de penser et de voir le monde.

En 2018, un grand prix littéraire était remis à une autrice guadeloupéenne noire, Maryse Condé. A cette occasion, cette écrivaine déjà souvent pressentie pour le Nobel au cours d’une carrière littéraire et universitaire remarquable choisissait de partager une anecdote associée à sa consécration.

Vers douze ans, Condé découvre Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë. Enthousiaste, elle confie alors à l’amie de la famille qui lui a offert ce roman qu’elle aussi souhaite devenir écrivain. Sa réponse : « les gens comme nous n’écrivent pas ». Veut-elle dire les Noirs, les femmes, les habitants des petites îles ? Condé se le demande encore. Le pessimisme de cette déclaration reflète bien sûr le contexte de son énonciation : la Guadeloupe des années 1940.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article