Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

L’historienne analyse l’histoire de la coopération Est-Ouest entre 1947 et 1991, dans un essai stimulant fondé sur les archives de l’ONU et de ses agences. 🔸 Par Marc Semo 🔸

La guerre froide ne fut pas que froide. Si les deux grands, les Etats-Unis et l’Union soviétique, ne s’affrontèrent jamais sur le sol européen, plus d’une centaine de conflits périphériques, notamment en Asie et en Afrique, ont fait des millions de morts. Pourtant, ces quarante ans de face-à-face ne furent pas non plus qu’un interminable combat entre ce que l’on appelait alors le « monde libre » et le « camp socialiste ».

« L’alliance de guerre contre le fascisme a permis la victoire mais elle a aussi formulé des promesses, celles d’un nouveau départ », écrit Sandrine Kott au début d’Organiser le monde, le livre qu’elle consacre à la coexistence des deux blocs au sein des agences onusiennes. Des blocs qui, en dépit de leurs fréquents bras de fer au sein du Conseil de sécurité ou de l’Assemblée générale des Nations unies, arrivèrent à travailler ensemble et à jeter les bases d’une forme de multilatéralisme.

 

« Organiser le monde. Une autre histoire de la guerre froide », de Sandrine Kott, Seuil, « L’univers historique », 328 p., 23,50 €, numérique 17 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article