Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

La littérature africaine et camerounaise en particulier a été marquée ces dernières semaines de l'année 2020 par le sacre de l'écrivaine camerounaise Djaili Amadou Amal, heureuse gagnante du prix Goncourt des lycéens, avec son roman intitulé Les impatientes. Par So Bookul

Rarement un prix littéraire a été autant célébré. Tous les médias de l'espace francophone et notamment français ont battu du tam-tam en l'honneur de la lauréate. Cerise sur le gâteau, Djaili Amadou Amal a été reçue par la première dame, Chantal Biya. Une grande fierté pour un écrivain, reçu à ce titre au palais présidentiel sous l'ère Biya. Il était temps.

Passé le temps des célébrations, les lecteurs se sont précipités sur le livre, l'appétit bien aiguisé, pour découvrir cette perle rare. Heureusement, ou malheureusement, c'est selon, la version numérique se trouvait déjà en ligne, à la portée de tous, en veux-tu, en voilà.

Au vu des premières réactions, sur les forums de discussion, au Cameroun, les avis sont mitigés. Les lecteurs s'attendaient à la crème de la crème, ils découvrent un ouvrage ordinaire, indigeste pour certains ; le roman de Djaili Amadou Amal n'accroche pas, et on a de la peine à le lire jusqu'au bout. « Comment on fait pour lire en entier un roman qui vous tombe des mains avant la fin du premier chapitre ? », s'interroge un lecteur dans un groupe WhatsApp.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article