Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Jean-Robert Léonidas 🔸 Les Djons d'Aïti Tonma (L'Harmattan, 1996) est la dernière parution de Félix Morisseau-Leroy. C'est un roman à trois volets, un triptyque. La vedette c'est Jacmel, une ville d'Haïti, ou plutôt les Jacméliens. Pas tous, mais les vrais, les fiers, les braves, ceux qu’on appelle les "djons".

Ti-Fils est un djon. A mon sens il est aussi un djinn, l'âme de la ville ou encore un horodateur ambulant puisque, quand il faisait les courses pour un grand négociant de la ville, il se plaisait à crier à qui veut l'entendre le nom du jour de la semaine. Tout d'abord, l'auteur présente Jacmel avec ses types, avec ses contradictions puisées à la source apocryphe où le mythe et l'histoire se confondent. Il y avait les riches, les gens de la "société" au sein desquels on comptait les loups-garous qui n'hésitaient pas à aller prendre la communion à l'église pour donner le change. Il existait aussi une manière de peuple qui s'évertuait à devenir gens de la société. Mais il y avait le "troisième clan", " alliance légitime du prolétariat et de l'intellectualité d'avant-garde" qui voulait repenser la cité, refaire sa mentalité.

C'est ainsi que dans un deuxième temps la ville de Jacmel est devenue le berceau d'un projet-pilote. Le syndicalisme y a débuté. La classe ouvrière apprend à faire ses premières armes. Un nouveau monde se construit à la force du poignet. Une sorte de paradis terrestre s'installe grâce à la lutte armée et la victoire sur les miliciens. C'est bientôt une tache d'huile qui, avec l'appui populaire, risque d'imprégner toute la carte d'Haïti, à la barbe et au nez des gendarmes du monde! Pour combien de temps ?

LES DJONS D'AÏTI TONMA
Collection : Lettres des Caraïbes
MONDE CARAÏBES
Livre papier :
19,3 €
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article