Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Dans un ouvrage classique enfin traduit en français, le philosophe Richard Hare cherche à montrer que l’examen de nos concepts moraux – la « métaéthique » – doit nous conduire à adopter une morale utilitariste. Quarante ans plus tard, faut-il lui donner raison ? 🔸Par François Jaquet 🔸

D’autres estiment pourtant que l’étude des concepts moraux impose de sérieuses contraintes à l’éthique normative. Le philosophe britannique Richard Hare (1919-2002) illustre bien cette approche. Dans Penser en morale (1981), ouvrage désormais classique en langue anglaise qui vient d’être traduit, il soutient qu’en tant que tels, les philosophes devraient se cantonner à l’examen des concepts de l’éthique, mais qu’il est possible de tirer de ce dernier des leçons morales substantielles. En particulier, Hare prétend démontrer qu’une forme d’utilitarisme découle de la seule logique des concepts moraux. C’est sur cet aspect de l’ouvrage que je me focaliserai pour les besoins de cette recension

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article