Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Professeur émérite de psychologie à l’université Paris VIII, spécialiste de l’ethnopsychiatrie, Tobie Nathan analyse pourquoi la Bible a institué l’interdit de l’inceste, tout en le tolérant dans de très rares cas. 🔸 Propos recueillis par Virginie Larousse 🔸

Entretien. « Nul ne s’approchera de tout ce qui est la chair de son proche parent pour découvrir sa nudité », c’est-à-dire son sexe. La Bible l’énonce clairement : toute relation incestueuse est interdite (Lévitique 18, 6-16 ; 20, 17 ; et Deutéronome 27, 22-23). Dès lors, on ne peut que s’étonner de la présence, dans le livre sacré, de plusieurs cas d’inceste, parfois sans que cela donne lieu à aucune condamnation morale.

Ainsi, selon certaines interprétations, Noé a peut-être été violé par l’un de ses fils ; Abraham s’est marié avec sa demi-sœur Sara ; les filles de Loth n’hésitent pas à se livrer à une relation sexuelle avec leur père, non sans l’avoir préalablement enivré (Genèse 19, 30-38) ; Amnon abuse sexuellement de sa demi-sœur Tamar, fille de David (2 Samuel 13, 1-39) – pour ne citer que ces épisodes. Et que dire xade la création même de l’humanité, née à partir du même couple originel ? Décryptage de ces textes avec Tobie Nathan.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :