Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

La discussion est vive sur le dernier ouvrage du sociologue Stéphane Beaud et de l’historien Gérard Noiriel, Race et sciences sociales, paru aux éditions Agone. Je ne suis pas spécialiste du sujet, et je n’ai pas encore lu le livre – on peut donc considérer comme tout à fait superflu l’expression d’un avis si peu autorisé. Oui mais voilà, en relisant par hasard ma propre réaction à la sortie du film Avatar et ses commentaires, en décembre 2009, quelle n’est pas ma surprise de me voir défendre une position à la Beaud et Noiriel, autrement dit «aveugle à la race» (colorblind).

C’est donc d’abord à une autocritique que je me livrerai ici. Cette introspection n’est pas désintéressée: la conversation qui a accueilli un billet que j’ai consacré à la réception d’un dessin de Xavier Gorce a illustré une nouvelle fois un problème rencontré dès l’ouverture de ce blog («Ne pas voir le sexisme», 21/11/2014), soit les limites de l’argumentation rationnelle dans le cas où deux visions s’opposent.

A plus de dix ans d’écart, ma vision d’Avatar me paraît aujourd’hui caractéristique de la colorblindness – qui est aussi un trait essentiel d’un film qui repeint en bleu des Aliens manifestement inspirés de la légende amérindienne. Comme l’explique alors la journaliste Annalee Newitz: «C’est un fantasme sur les races raconté du point de vue de personnes de race blanche».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :