Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

L’écriture inclusive est apparue dans le sillage de la théologie protestante féministe des années 1970-1980, sur fond d’interrogations politiques et parfois métaphysiques concernant la représentation du genre dans la religion 🔸 Par Fabien Trécourt 🔸

Chercheuse en sciences du langage, Julie Abbou s’est posé une question toute simple : d’où vient le terme « écriture inclusive », utilisé sur tous les tons dans le débat public français ces quatre dernières années ? « Depuis le milieu du XXe siècle, rappelle la directrice de la revue GLAD !, des militantes féministes ont proposé des pratiques discursives pour que le genre féminin soit mieux représenté. Mais beaucoup parlaient alors de “neutralité de genre”, de “langage non sexiste” ou encore “épicène”. »

L’expression « écriture inclusive », elle, fait une percée spectaculaire en France en 2017, avec la publication du manuel scolaire Questionner le monde, du groupe Hatier, utilisant des points médians comme dans « cher·e·s ami·e·s ». Néanmoins, l’appellation existait déjà depuis au moins un an : en septembre 2016, le fondateur de l’agence de communication Mots-clés, Raphaël Haddad, publie un manuel dit « d’écriture inclusive ». Il s’approprie même la marque en la déposant à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :