Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Anne Le Fèvre, fille de Tanneguy Le Fèvre et de Marie Olivier, demeurant à Grandchamp, près de Langres, est baptisée le 24 décembre 1645 au temple d'Is-sur-Tille, mais c’est à Saumur, l'une des capitales européennes du protestantisme, que se fixe sa famille. En 1651, son père obtient un poste de régent au collège royal rattaché à l'Académie protestante, puis de professeur de grec à l'Académie. Philologue réputé, Le Fèvre est aussi un excellent pédagogue qui, très en avance sur son temps, donne à sa fille aînée la même formation humaniste qu'à ses fils.

……………………..

Frappée d’hémiplégie en mars 1720, elle meurt au Louvre, le 17 août. Ses traductions sont rééditées tout au long du XVIIIe siècle, certaines encore au XIXe. Voltaire et Sainte-Beuve célèbrent la savante, mais il faut attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour voir paraître, à l’étranger (Italie, USA), les premières monographies. Aujourd’hui, la recherche s’intéresse autant à sa carrière d’«écrivain dauphin» qu’à son esthétique de la traduction.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article