Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Ça s’intitule Pense aux pierres sous tes pas et c’est un roman comme il en est peu.
Cela se passe aujourd’hui dans un étrange royaume campagnard et quelque peu burlesque. Wallonie ? Sardaigne ? Ailleurs ? Les noms des gens et des lieux ici utilisés sont de toute façon inédits. Mais il y a surtout cette ferme où toute une petite famille trime dur, avec Paps et Mams et les jumeaux, Marcio le fils, Leo la fille. À l’occasion, les parents brutalisent leur enfants ou se brutalisent eux-mêmes. Mais voici le nœud de l’affaire : frère et sœur s’aiment au point de vouloir échanger leurs sexes (belle idée, au fond…). Toujours est-il que Paps les surprend dans le fenil alors qu’ils sont en train de “se manger”. Se manger ! Les voluptés adjacentes sont par la suite nommées de maintes façons, s’agissant du bas comme du haut du corps. Et c’est tellement bon que les jeunes incestueux voudraient ne jamais s’arrêter. Mais les travaux des champs les réclament : durement réprimé, le jeune couple est renvoyé à la terre. Mieux : la si désirante Leo est expédiée chez l’oncle Zio, un brave homme qui ne se prive pourtant pas de traiter sa nièce voluptueuse de carne et de la mener travailler aux champs jusqu’à l’épuisement. Par ailleurs, si Marcio le frère n’a pu suivre sœurette, ce n’est pas le cas de l’ami Zbabou qui, venu aussi de la ferme d’origine, rejoint Léo et, tout mal équipé qu’il soit génitalement, ne se prive guère des soins sexuels que lui prodigue la jeune fille.

 

Antoine Wauters, Pense aux pierres sous tes pas, Folio, février 2021, 192 p., 7 € 50 — Lire un extrait en pdf

Ici le grand entretien d’Antoine Wauters avec Johan Faerber, « J’écris pour tuer la part non vivante qui m’habite »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article