Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Dans « Le Fiasco Blanquer » et « Jean-Michel Blanquer, l’Attila des écoles », Saïd Benmouffok et Pascal Bouchard s’appuient sur leur connaissance de l’école pour se livrer à une critique acérée de la politique du ministre de l’éducation nationale. Par Luc Cédelle

Dans le halo du discours généralement laudatif qui, en dépit d’un net refroidissement de ses relations avec les enseignants, entoure le ministre de l’éducation, des objecteurs tentent d’ouvrir une brèche, sur un mode qu’on pourrait nommer l’exaspération argumentée. Deux livres aux titres significatifs, en témoignent : Le Fiasco Blanquer, de Saïd Benmouffok, et Jean-Michel Blanquer, l’Attila des écoles, de Pascal Bouchard.

Les deux sont écrits par de bons connaisseurs du système éducatif. Saïd Benmouffok, agrégé de philosophie, enseignant en banlieue parisienne, est aussi un opposant politique, ancien délégué à la vie lycéenne auprès du ministre Vincent Peillon de 2012 à 2014, et aujourd’hui conseiller éducation d’Anne Hidalgo. « Le blanquérisme est un autoritarisme », assure-t-il, reprochant au ministre sa « pratique verticale du pouvoir », démontrée selon lui par sa « brutalité » lors de la grève de la correction du baccalauréat en 2019 et plus largement par « le verrouillage institutionnel de toute parole dissonante ».

« Le Fiasco Blanquer », de Saïd Benmouffok, Les Petits matins, 94 pages, 10 € ; « Jean-Michel Blanquer, l’Attila des écoles », de Pascal Bouchard, éditions du Croquant, 168 pages, 12 €.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article