Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

La romancière australienne explore la vie d’une femme juive hassidique de New York dans un roman sensible et piquant 🔸 Par Ariane Singer 🔸

A 57 ans, Surie Eckstein, habitante du quartier juif hassidique de Williamsburg, à New York, se découvre enceinte de jumeaux. Le choc est immense pour cette mère de dix enfants, bardée d’une trentaine de petits-enfants, et qui, après toute une vie de labeur domestique, aspirait à la tranquillité. De cette intrigue improbable, la romancière australienne Goldie Goldbloom, installée à Chicago, a su tirer un matériau d’une grande richesse pour explorer, en dehors de tout cliché, les conditions de vie d’une femme dans une communauté ultra-religieuse réfractaire au changement.

Dans Division Avenue, du nom d’une célèbre artère de Brooklyn bordant Williamsburg, l’autrice met en scène les atermoiements de cette juive pieuse qui redoute, jusqu’à s’en torturer, le moment où l’on découvrira sa grossesse. Elle craint en effet qu’on la juge d’avoir gardé une vie sexuelle active alors que, en passe de devenir arrière-grand-mère, elle n’est théoriquement plus en âge de procréer. Elle s’inquiète aussi de ce que l’arrivée de nouveaux bébés ne l’éloigne de son mari, Yidel, un sofer (scribe) réputé sur le point de prendre sa retraite ; aussi va-t-elle différer autant que possible le moment de lui annoncer son état.

« Division Avenue » (On Division), de Goldie Goldbloom, traduit de l’anglais (Australie) par Eric Chédaille, Christian Bourgois, 346 p., 22 €, numérique 15 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article