Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Lorsque Mr. Jones, de la Ferme du manoir, se couche, pas­sa­ble­ment ivre, Maré­chal, un vieux cochon, réunit les ani­maux pour leur faire part de son rêve de la nuit der­nière. Avant, il évoque leur vie misé­rable et désigne l’Homme comme le res­pon­sable de tous leurs maux. Il leur enjoint de tra­vailler jour et nuit au ren­ver­se­ment de la race humaine par le Sou­lè­ve­ment.
Puis, il donne les paroles d’une chan­son que sa mère fre­don­nait quand il n’était que por­ce­let, por­tant le titre de Bêtes d’Angleterre.

Trois nuits plus tard, Maré­chal s’éteint. Mais son dis­cours trotte dans les têtes. Deux cochons, deux jeunes ver­rats, Boule-de-Neige et Napo­léon, éla­borent un nou­veau sys­tème phi­lo­so­phique : l’Animalisme, qui va être un outil du Sou­lè­ve­ment. Les mau­vaises affaires de Mr. Jones font péri­cli­ter la ferme. C’est la faim qui pousse les ani­maux à la révolte. Ils chassent tous les humains et se retrouvent maîtres des lieux. Ils détruisent tout ce qui est en rap­port avec l’homme, sauf l’habitation de Mr. et Mrs. Jones.
Ils rebap­tisent la Ferme du Manoir en Ferme des ani­maux. Ils ins­crivent sur un mur les sept com­man­de­ments éta­blis au terme de trois mois d’études dont le fameux : Tous les ani­maux sont égaux. Mais le concept tourne court dès que le lait des vaches dis­pa­raît plu­tôt qu’être distribué…

  •  

GEORGE ORWELL  La ferme des animaux [Animal Farm]

Trad. de l'anglais par Jean Queval

Collection Folio (n° 1516), Gallimard
Parution : 04-01-1984
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article