Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Comment le néolibéralisme modifie-t-il notre espace ? Depuis un demi-siècle, une nouvelle géographie du capital entraîne la mise en concurrence des territoires, la financiarisation de l’immobilier, la gentrification des villes et l’éviction des classes populaires 🔸 Par Cyrille Hanappe 🔸

Le néolibéralisme a profondément altéré la manière dont les grandes villes et les territoires se fabriquent et se vivent depuis cinquante ans. Le passage d’une société fordiste et keynésienne à un monde sous l’influence de Milton Friedman et des monétaristes n’a pas été sans effet sur le cadre de vie. C’est au décryptage de ce nouveau système que s’est attelé Gilles Pinson dans son ouvrage, s’intéressant plus aux cadres économiques théoriques de production qu’à la forme architecturale.

Grands ensembles et territoires monofonctionnels

L’ouvrage revient d’abord sur les différences entre libéralisme, ordo-libéralisme et néolibéralisme. Alors qu’Adam Smith et les premiers libéraux voyaient dans les monopoles publics et privés la plus grande menace pour l’épanouissement des activités économiques, les ordo-libéraux considèrent que le marché doit être encastré dans un ordre politique supérieur qui le protège de ses propres excès et le contient dans la sphère économique.

Gilles Pinson, La Ville néolibérale, Puf, 2020. 160 p., 15 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article