Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Henri Poulaille, Henry Poulaille en littérature (1896-1980), est souvent considéré comme le créateur du courant de la littérature prolétarienne. Directeur de presse chez Grasset, il fonde également une dizaine de revues libertaires dans lesquelles il promeut la littérature d’expression populaire et les utopies sociales : Nouvel Âge, Prolétariat ou encore À Contre-courant. Il publie ou fait publier de nombreux auteurs français et étrangers, parmi lesquels Henri Barbusse, Lucien Bourgeois, Blaise Cendrars, Eugène Dabit, John Dos Passos, Jean Giono, Panaït Istrati, Charles Ferdinand Ramuz... Le Pain quotidien a obtenu en 1954 le prix des bouquinistes 🔸 Par Pascal Malbrunot 🔸

Le Pain quotidien, premier volume d’une chronique d’inspiration autobiographique, met en scène une famille ouvrière du XIVe arrondissement, les Magneux, lui charpentier, elle canneuse de chaises, au tout début du XXe siècle, entre les années 1903 et 1906.

Le roman s’ouvre sur un drame, l’accident d’Henri, le père, tombé d’un échafaudage et obligé de rester allongé de longs mois chez lui. Un accident d’ailleurs présenté avec des accents presque céliniens :

« Y avait un monde, devant le chantier... Un t’as d’ rombières qu’ont rien à fout’e, des bonhommes qu’ont qu’à s’balader, des merdeux en masse... Tout un monde de salauds, qu’a l’air content d’voir la grimace qu’on fait, quand on s’casse la gueule ! »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article