Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

En braquant son regard sur les braqueurs, les voleurs, les gendarmes, mais aussi et surtout les volés, Arnaud-Dominique Houte fait effraction dans l’histoire de la France contemporaine pour saisir les évolutions de son rapport à la propriété. 🔸Par Joseph Confavreux 🔸

La propriété craint le vol. Et le vol dit la société. Tel est le point de départ de Propriété défendue. La société française à l’épreuve du vol. XIXe-XXe siècles, que viennent de publier les éditions Gallimard, dont l’ambitieux projet est de saisir deux siècles d’histoire de France à travers la façon dont le pays réagit aux vols qui se commettent en son sein.

Son auteur, Arnaud-Dominique Houte, professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne-Université, spécialiste des questions de sécurité et de police, passe, dans cet essai, des gendarmes aux voleurs, pour examiner le corps social à travers cambriolages, hold-up, vols à la tire, braquages, cambriolages et autres larcins.

À rebours du pittoresque que pourrait soulever une histoire des détrousseurs et chapardeurs, le chercheur propose non pas un récit du « phénomène délinquant lui-même » mais une histoire des « réactions qu’il suscite ». Il ne s’agit pas, ainsi, de décrire à nouveau les figures romantiques ou effrayantes qui peuplent les bas-fonds, mais de s’intéresser aux soubassements d’une société, en faisant l’histoire des « sensibilités au vol ».

 

Propriété défendue. La société française à l’épreuve du vol, XIXe-XXe siècle, d’Arnaud-Dominique Houte, vient de paraître chez Gallimard, coll. NRF. 388 p., 24 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article