Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Du haut de son hêtre, un élagueur devient la proie de deux mille frelons asiatiques. Un bref roman où tout brûle 🔸 Par Jérôme Garcin 🔸 Armé de sa tronçonneuse et de sa scie égoïne, Philippe grimpa dans l’érable plane avec une souplesse que l’assuétude rendait un peu moins précautionneuse. D’ailleurs, ce jour-là, jour d’été à 30 °C, l’élagueur en tee-shirt ne portait ni casque ni gants. Comme à son habitude, il couperait les branches mortes de l’arbre, l’allégerait, l’éhouperait, lui donnerait, en lui permettant de grandir davantage, une nouvelle jeunesse. La routine, quoi.

A quinze mètres de haut, sur son visage en sueur, il ressentit soudain les premières brûlures des frelons asiatiques, aussi violentes que des décharges électriques. Tout un essaim, jailli en piqué d’une balle de cire et de terre. Malgré l’insupportable douleur, le crâne en feu, il eut le réflexe de s’accrocher à la corde pour descendre en hurlant. A l’hôpital, où les pompiers l’emmenèrent en urgence, il passa cinq jours entre la vie et la mort, plus près de la seconde que de la première. Même la morphine ne suffisait pas à le soulager

La brûlure, par Christophe Bataille, Grasset, 152 p., 16 euros.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article