Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le HuffPost a demandé à plusieurs spécialistes de revenir sur les déclarations et la position d'Emmanuel Macron dans le débat mémoriel qui parcourt la France. Par Anthony Berthelier

La mémoire qui flanche. Emmanuel Macron était très attendu, le 14 juin 2020, au moment de s’adresser solennellement aux Français, pour la troisième fois de l’année. Attendu, bien sûr, sur le coronavirus au terme d’un printemps éprouvant sur le front sanitaire, mais également scruté quant à sa position sur un vif débat de société: quelle place accorder aux figures contestées de notre histoire et à celles encore dans l’oubli?

Quelques semaines avant sa prise de parole, des militants détruisaient deux statues de l’abolitionniste Victor Schoelcher en Martinique quand d’autres vandalisaient des représentations de Léon Gambetta ou du général de Gaulle en métropole. Ces questions se sont également portées sur l’image de Jean-Baptiste Colbert, ancien ministre de Louis XIV et rédacteur du “Code noir”, représenté par une immense statue devant l’Assemblée nationale.

Des débats éruptifs, initiés aux États-Unis par le mouvement #BlackLivesMatter, sur lesquels le président de la République était attendu, alors même que plusieurs manifestations, portées par Assa Traoré, réunissaient des dizaines de milliers de personnes en France pour rendre hommage à George Floyd, un Afro-américain tué par un policier blanc à Minneapolis. 

Le Président a choisi de trancher: “la République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son Histoire”. “La République ne déboulonnera pas de statue”. Nous devons plutôt lucidement regarder ensemble toute notre Histoire, toutes nos mémoires”, plaidait ainsi Emmanuel Macron depuis l’Élysée en ce 14 juin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :