Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Dans leur livre « Poutine. La stratégie du désordre » (Tallandier), la journaliste du « Monde » Isabelle Mandraud, ex-correspondante en Russie, et le politiste Julien Théron analysent le rôle-clé de l’armée et le système mis en place en vingt ans par l’homme fort du Kremlin. En voici quelques extraits 🔸

Lorsque Vladimir Poutine raconte l’exfiltration par les forces spéciales russes, le 28 février 2014, de l’ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, réfugié encore aujourd’hui en Russie, il ne peut dissimuler son mépris. « Il a dit : “Je ne pouvais pas signer le décret autorisant l’usage des armes, ma main n’a pas pu se lever.” J’ignore s’il peut être blâmé pour cela. Est-ce bien ou mal, les conséquences de l’inaction sont graves, c’est évident. »

Le chef du Kremlin n’aurait certainement pas hésité, lui, à employer la force pour faire taire les manifestations de Maïdan, la place de l’Indépendance à Kiev, qui ont abouti à la fuite du dirigeant ukrainien. La violence est constitutive de la présidence de Vladimir Poutine.

Il le prouve dès son arrivée au pouvoir avec la deuxième guerre russo-tchétchène (1999-2000, et s’étendant au-delà). Déjà considérablement meurtri par la première guerre menée par son prédécesseur, Boris Eltsine, ce petit territoire du Caucase à majorité musulmane, qui réclame son indépendance, va vivre un enfer.s.

Poutine, la stratégie du désordre, 384 pages

Isabelle Mandraud et Julien Théron

Editions Tallandier

Parution : 11 février 2021

19.9 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article