Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le journaliste Vincent Noce publie une passionnante enquête sur le Français, soupçonné d’être à la tête d’un réseau de faussaires, et qui vit aujourd’hui en Italie 🔸 Par Harry Bellet 🔸

Il y aura bientôt cinq ans, le 1er mars 2016, la police française se livrait à une opération alors peu commune, en saisissant un tableau durant une exposition des « Collections du prince de Liechtenstein », montrée à l’Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Il s’agissait d’une vénus, on la pensait de Cranach (1472-1553). Depuis, d’autres ont suivi, une demi-douzaine environ, la dernière en date, le 22 janvier 2020, étant un tableau supposé peint par Bronzino (1503-1572), appartenant à la collection américaine Alana, alors qu’il était exposé au Musée Jacquemart-André, à Paris.

……………….

Or, bien avant la saisie fort médiatique du panneau de Cranach, Vincent Noce, un ancien journaliste du quotidien Libération, qui travaille désormais pour The Art Newspaper, avait eu vent de l’affaire, et commencé sa propre enquête. Il la publie aujourd’hui : elle est à la fois édifiante, et terrifiante par ce qu’elle révèle des manquements dans toute la chaîne du marché de l’art, conservateurs de musées compris.

 

« L’Affaire Ruffini. Enquête sur le plus grand mystère du monde de l’art », de Vincent Noce. Buchet-Chastel, 300 p., 20 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article