Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Un essai sur les « pouvoirs de l’enchantement » explore avec brio les usages politiques inédits de la fantasy ou de la science-fiction, de la série Game of Thrones à La Servante écarlate. « Les fictions de l’imaginaire portent aujourd’hui les aspirations politiques des jeunes générations », explique la professeure de littérature Anne Besson  🔸Par Joseph Confavreux 🔸

 

Pourquoi des féministes argentines décident-elles d’endosser les costumes de La Servante écarlate pour défiler en faveur du droit à l’avortement ? Que viennent faire des pancartes « Winter is NOT coming », détournant la devise de la famille Stark de Game of Thrones, dans les « Marches pour le climat » inaugurées en 2018 ? Pourquoi le symbole de reconnaissance de la rébellion dans Hunger Games a-t-il été repris par les manifestants thaïlandais lors des émeutes ayant suivi le coup d’État en 2014 ?

Quel est l’intérêt pour des militants opposés à la colonisation des territoires palestiniens de se filmer couverts de peinture bleue, à l’image des Na’vis, les autochtones de la planète Pandora protégeant leur écosystème contre la prédation terrienne du film Avatar de James Cameron ? Et que trouve-t-on derrière le masque du Joker enfilé par de nombreux militants dans des contextes différents ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article