Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Face à la mondialisation, les Européens oscillent entre appétence et inquiétude. Eurobaromètre de 2017, indiquant que 54 % d’entre eux jugent la mondialisation positive pour leur pays, mais 63 % soulignent qu’elle tend à augmenter les inégalités sociales et 38 % estiment qu’elle menace l’emploi. analyse-t-il. La Feuille de paie et le Caddie, un essai de Lionel Fontagné, reprend un sondage d’ « La mondialisation a oert plus d’opportunités, de variété et des prix plus bas, tout en exacerbant la valorisation des compétences et l’adaptabilité. Cela a tracé une ligne nette entre gagnants et perdants », D’un côté, une population plutôt jeune, éduquée, bien rémunérée et citadine. Elle pardonnera facilement à ce professeur d’économie de l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne de lui avoir accordé si peu de place. Son ouvrage se concentre sur les perdants de la mondialisation, ceux dont les compétences professionnelles sont difficilement reconvertibles et qui vivent loin des grands bassins d’emploi diversiés. Parole à l’accusation donc : la mondialisation a déplacé ou supprimé les tâches les plus routinières et concentré les salariés les plus adaptables dans des tâches non répétitives comme la mise en œuvre de nouvelles technologies, la supervision et la résolution de problèmes. Elle a supprimé des emplois dans les entreprises exposées à la pression concurrentielle des pays émergents. , détaille le professeur à l’Ecole d’économie de Paris.

 

La Feuille de paie et le Caddie de Lionel Fontagné, Sciences Po Les Presses, 144 pages, 9 euros.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article