Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Danièle Sallenave est écrivaine, membre de l’Académie française. Elle est aussi l’auteure d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, récits de voyage, pièces de théâtre. Elle répond à mes questions à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage, Parole en haut silence en bas, aux éditions Gallimard.

Il y a une rhétorique de propagande de guerre. Lorsqu’on est en guerre, on est aussi en guerre contre les faits… 

« Nous sommes en guerre ». Le pouvoir n’ayant cessé de marteler cette formule, face aux actes terroristes, en 2015 puis à l’automne 2020, et ensuite à propos de la crise sanitaire, je me suis posé la question : pourquoi le recours à ce discours martial ? Dans les deux cas, et malgré une dissemblance considérable, il est clair qu’on espère en tirer un profit politique, et d’abord peut-être dissimuler bien des incertitudes et des revirements, voire quelques entorses à la vérité.

La rhétorique de guerre accompagne toujours (c’est même son sens profond) la volonté de mettre en suspens l’exercice plein et entier, l’exercice citoyen de la démocratie. Et donc celui de la liberté d’expression, réduite, contrainte, soumise à la censure, et devant toujours céder à une interprétation officielle des faits. C’est d’autant plus paradoxal que depuis « Charlie » la liberté d’expression est présentée comme une valeur sacrée, constitutive de notre démocratie.

Parole en haut silence en bas

Danièle Sallenave

Editeur : Gallimard

Collection : Tracts

Date de parution : 21/01/2021

EAN : 9782072942174Nombre de pages : 64 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article